Le handicap est un des cinq volets adressé par l’évaluation Mixity. Souvent exclues, les personnes en situation de handicap sont sous-représentées dans le milieu professionnel et sont victimes de nombreux biais et stéréotypes. Comment sensibiliser les acteurs du monde professionnel à la situation de handicap afin de permettre l’inclusion de tous et toutes ?

Le constat en France

En France, plus de 12 millions de personnes sont atteintes de handicap visible ou invisible ce qui représente approximativement 1 personne sur 7, alors que seulement 2.8 millions bénéficient d’une reconnaissance administrative. Le handicap est définit comme suivant :

“Constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. Loi du 11 février 2005, art. 14. “

Le handicap est fréquemment associé à une altération moteur qui nécessiterait un fauteuil (moins de 5% des personnes en situation de handicap) et donc serait visible. Cependant, dans la réalité, 80% des personnes en situation de handicap sont confrontées à un handicap non-détectable.

source : Rapport thématique 2019-2020 de l’Inspection générale des affaires sociales

Ces handicaps peuvent être nombreux, handicap sensoriel (anosmie, surdité…), handicap psychiques (schizophrénie, dépression…), troubles cognitifs (dyslexie, dysphasie…) ou encore maladie chronique.

Ces conditions non reconnues sont pourtant sources d’exclusion pour les personnes qui en souffrent. Il est également important de préciser que ces situations de handicap peuvent toucher tout le monde. Il faut savoir que 82% des handicaps sont acquis au cours de la vie.

source : Rapport thématique 2019-2020 de l’Inspection générale des affaires sociales

On observe que 59% des handicaps surviennent ou sont accentués par le travail, cela souligne l’importance d’adapter les environnements de travail afin de limiter au maximum les risques pour les employés (F/H)

Le handicap et l’emploi

En France, les entreprises de 20 salarié.es ou plus ont l’obligation d’employer 6% de personnes en situation de handicap dans leur effectif. Si ce taux n’est pas atteint, l’entreprise doit verser une contribution à l’Association de Gestion du Fond pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH) dont le montant est calculé en fonction de sa taille et du taux de personnes en situation de handicap qu’elle emploi. En 2017, le taux d’emploi équivalent temps plein des personnes en situation de handicap dans les entreprises était de 3.5% ,ce qui équivaut à 400 millions d’euros de contribution versés à l’AGEFIPH. 80% des entreprises concernées emploient directement au moins une personne en situation de handicap alors que 9% n’en emploie aucune.

Les personnes reconnues en situation de handicap sont également appelées Bénéficiaires de l’Obligation d’Emploi des travailleurs handicapés (BOE). 2.7 millions en 2019.

Les BOE sont représentés par des caractéristiques:

  • 7% de la population des 15 -64 ans
  • 37% occupent un emploi.
  • 46% ont 50 ans ou plus contre 30% pour le reste de la population.
  • 34% travaillent à temps partiel contre 17% pour le reste de la population.
  • 10% sont des cadres contre 19% pour le reste de la population.

Le taux de chômage parmi les BOE est de 16 % contre 8% pour le reste de la population. Les demandeurs d’emplois bénéficiaires de l’obligation d’emploi (DEBOE) sont :

Source : Tableau de bord national : Emploi et chômage des personnes handicapées, observatoire de l’emploi et du handicap, AGEFIPH, Novembre 2020

Les personnes en situation de handicap sont en moyenne davantage touchées par le chômage et notamment celui de longue durée. Elles sont également moins diplômées et plus âgées que le reste de la population. Ces différences s’expliquent par la difficulté d’accès aux formations et aux emplois. Il est essentiel de mettre en place des dispositifs pour faciliter l’inclusion des personnes en situation de handicap, et ce, dès l’enfance.

Les nouvelles  mesures gouvernementales

À l’occasion de la 24ème édition de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapés se tenant du 16 au 22 novembre 2020, Elisabeth Borne, la ministre du travail, de l’insertion et de l’emploi a annoncé 6 nouvelles mesures en faveur de l’insertion dans le monde professionnel des personnes en situation de handicap :

  1. Rapprochement des réseaux Pôle Emploi et Cap emploi en 2021
  2. Prolongement jusqu’au 30 juin 2021 de la prime de 4000€ d’aide à l’embauche des personnes en situation de handicap en contrats longs, sans limite d’âge.
  3. 68 millions € alloués à la transformation des "Entreprises adaptées", qui accueillent des personnes en situation de handicap
  4. 15 millions € du plan de relance mobilisés pour développer l’expérimentation « Emploi accompagné » afin de faciliter l'inclusion professionnelle des personnes en situation de handicap
  5. Facilitation de l’accès à l’apprentissage des jeunes en situation de handicap, grâce à l’harmonisation des règles de prise en charge des financements nécessaires pour sécuriser leurs parcours au sein des CFA.
  6. A compter du 1er juillet 2021, toute certification professionnelle intégrera la prise en compte du handicap.

Quelques dispositifs dévoilés dans le comité interministériel du handicap  viennent compléter cet ensemble tel que l’obligation pour les entreprises de plus de 250 employés de nommer un référent handicap ainsi que le lancement de la plateforme numérique nationale “mon parcours handicap” visant à simplifier les démarches en particulier grâce à la rubrique "emploi/formation". Ces mesures sont essentielles pour faciliter l’inclusion des personnes en situation de handicap dans le monde professionnel et les entreprises ont également un rôle à jouer

Les bonnes pratiques recommandées par Mixity

Sur les 12 millions de personnes en situation de handicap que compte la France, seulement 1 million de personnes déclarent leur situation de handicap.   (à lire aussi l'article de Nathalie Bachelier)

Comment expliquer cet écart ?

Il n’est pas évident de parler de son handicap dans son environnement de travail. Les handicaps invisibles sont souvent synonymes de double peine. La personne en situation de handicap doit à la fois vivre avec la difficulté liée à celui-ci et également avec les regards, jugements et remarques extérieurs. Le manque de reconnaissance de la part de la société amplifie également les difficultés rencontrées. En effet, si le handicap est invisible, il n’est pas possible d’expliquer des états (fatigue, baisse de productivité...) liés à une condition. Pour illustrer, nous pouvons donner l’exemple d’une personne en situation de handicap invisible dont le travail nécessite un aménagement de poste et qui serait jalousé par ses collègues qui y verraient un sentiment d’injustice.

Il n’est pas toujours facile de parler de son handicap, il y a un risque d’être étiqueté comme tel et de subir davantage de discrimination, d'un autre coté, cacher un handicap invisible a également des conséquences puisqu’il est important pour les entreprises de veiller à ce que les personnes en situation de handicap soient incluses dans l’entreprise :

  • Sensibiliser des équipes encadrantes et dans le même temps l’ensemble des employés (F/H) car ce sont eux qui créent la culture d’entreprise. Il est important que les personnes en situation de handicap se sentent acceptées telles qu’elles sont et non catégorisées par leur handicap.
  • Mettre en place un dispositif d’aménagement de leur environnement de travail afin de leur permettre d’être le plus à l’aise avec leur emploie et également de limiter les accidents et épuisements.
  • De nommer un référent à l’écoute et de communiquer régulièrement sur l’ouverture de l’entreprise aux personnes en situation de handicap.
  • Donner la parole à des personnes en situation de handicap pour qu’elles puissent témoigner de manière volontaire, dans le but de permettre à tous de mieux comprendre et d’éviter ainsi des maladresses. (cf Générali)
  • Veiller à ce que le processus de recrutement mène à l’inclusion des personnes en situation de handicap.

Toutes ces pratiques favorisent l’inclusion des personnes en situation de handicap et permettent de diminuer le ressenti du handicap.

Mixity est la première solution digitale pour évaluer, piloter et promouvoir la diversité et l’inclusion dans les organisations. Le handicap est un des cinq volets adressé par Mixity avec l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, le multiculturel, le multigénérationnel et l’orientation sexuelle et/ou identité de genre. Grâce à l’évaluation Mixity, il est facile de mesurer, construire et piloter sa politique d’inclusion en faveur des personnes en situation de handicap.

Contacter Mixity pour évaluer vos pratiques D&I et notamment sur le handicap.


Photographie couverture : Nathan Anderson sur Unsplash