En cette période particulière de crise sanitaire planétaire due au Covid_19, le dimanche 17 mai reste au calendrier comme la journée mondiale contre l’homophobie. Cette manifestation internationale a été créée à l’initiative de Louis-Georges Trin, actuellement Maître de Conférence en Littérature française à Orléans. Cette date symbolique du 17 mai a été retenue en référence à la décision de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) de ne plus considérer l’homosexualité, à partir du 17 mai 1990, comme maladie mentale.

Chaque année, des événements  sont organisés et ont lieu dans différents pays du monde et en Europe pour porter la voix des personnes LGBT+ pour une meilleure inclusion à tous les niveaux de la Société. Sans doute l’édition 2020 se déroulera de manière différente et de nombreuses interventions, témoignages auront lieu sous forme numérique. Ce rendez-vous calendaire a pour objectif de promouvoir des actions de sensibilisation pour lutter contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transfophobie.


Le confinement a augmenté des formes d’exclusion


Le contexte du confinement international a montré, malheureusement, une montée des violences contre les personnes #LGBT+. Une nouvelle fois, le digital apporte une aide au public concerné. L’application FLAG soutenue -par le Secrétariat d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes Et la lutte contre les discriminations- est accessible depuis le vendredi 24 avril. Celle-ci permet de signaler les violences LGBT-phobes, notamment venant des familles. Elle a été réalisée par l’association des policiers LGBT+. A titre d’exemple, la Fondation du Refuge, dont le président est Nicolas Noguier, ambassadeur de Mixity, a accueilli depuis la mi-mars de cinq fois plus de jeunes garçons et filles exclus de leurs familles qu’avant la pandémie. La ligne téléphonique d’écoute est passée pendant le confinement de 6 à 8 heures par jour.

Photo Le Refuge


Bonne nouvelle du côté de la culture : Prix Pulitzer

Le magazine TETU indique que Jericho Brown et Michaël R. Jackson, artistes américains, “tous deux noirs et homosexuels, ont respectivement remporté les prix de la poésie et de l’oeuvre théâtrale. Cette annonce a été faite le lundi 4 mai. Par ailleurs, le magazine a créé “TETU Connect” un concept pour améliorer l’inclusion des personnes LGBT+ dans les entreprises. La nécessité de créer des environnements inclusifs est à souligner aux dirigeants. Bien sûr la mise en valeur de certains “rôles-model” (femmes et hommes) a un véritable impact dans les milieux professionnels et TETU Connect va s’y employer auprès des différentes directions des sociétés (DG, RSE, Communication..).


L’inclusion : un axe fort pour lutter contre l’homophobie

Mixity prend en compte ce volet de l’identité de genre afin d’apprécier les politiques d’engagement, de communication des sociétés. En effet, la stratégie de prévention et de sensibilisation mise en place auprès de toutes les parties prenantes porte ses fruits. A titre d’exemple, l’assureur AXA, un des innovateurs de la diversité et l’inclusion, qui a réalisé son empreinte sur Mixity s’affiche de façon inclusive aussi dans ce domaine.

L’Assureur a déployé des actions efficaces. On relève des formations, des sensibilisations “Smart Diversité et Inclusion, 14 cafés “diversité” avec des témoignages de collaborateurs en lien avec l’association l’Autre Cercle.

Anne-Elise Chevillard, responsable de la Diversité et de l’Inclusion d’AXA, indique à Mixity :

"A l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie du dimanche 17 mai, AXA France lance la branche #LGBT+ Alliés de son réseau Mix’iN, portée par Valérie Leselbaum Stepler et Benjamin Cluzel, deux dirigeants sponsors du sujet. Mix’iN est ouvert à tous nos collaborateurs et vise à promouvoir la diversité et l’inclusion, notamment l’inclusion LGBT+ au sein d’AXA France. C’est un pas de plus pour affirmer le respect des engagements de la charte LGBT+ de l’Autre Cercle signée par AXA en 2015. Nous avons en effet la volonté de poursuivre nos efforts en faveur de l’inclusion LGBT+ en menant des actions concrètes telles que notre soutien à l’association le Refuge, notre partenariat avec Têtu et en sensibilisant nos collaborateurs".

PME : quatre bonnes pratiques préconisées par l’association Autre Cercle


. Créer un environnement inclusif

. Assurer une neutralité de l’orientation dans le déroulement de carrière

. Assurer une parfaite confidentialité aux personnes LGBT+ qui le souhaitent

. Sanctionner les comportements discriminatoires vis-à-vis des personnes LGBT+


Mixity, 1ère solution digitale à évaluer la responsabilité sociale des entreprises aux travers des engagements qu'elle soutiennent pour inclure les publics fragilisés dans la société et dans l'emploi. ICI

Mixity : contact

Photo de Une : crédit TETU